CONF+ : Tutorat LCA#22 | CONF +

Blogs

CONF+ : Tutorat LCA#22

TUTORAT LCA #22
 
 
Parmi les propositions suivantes, laquelle(lesquelles) est(sont) vraie(s) concernant l’inflation du risque alpha ?
  • Elle concerne uniquement les analyses sur le critère de jugement principal.
  • Le risque principal est d’obtenir des résultats faussement significatifs.
  • La méthode de Bonferroni peut diminuer ce risque.
  • La multiplication des analyses permet de diminuer ce risque.
  • Elle n’existe pas dans les études observationnelles.

 

CORRECTION PLUS BAS
 
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
v
 
 
 
 
    Parmi les propositions suivantes, laquelle(lesquelles) est(sont) vraie(s) concernant l’inflation du risque alpha ?
    • Elle concerne uniquement les analyses sur le critère de jugement principal.
    • Le risque principal est d’obtenir des résultats faussement significatifs.
    • La méthode de Bonferroni peut diminuer ce risque.
    • La multiplication des analyses permet de diminuer ce risque.
    • Elle n’existe pas dans les études observationnelles.

     

    Tout d’abord un rappel ; le risque alpha qu’est-ce que c’est ?

    Aussi appelé risque de première espèce c’est une des composantes de l’étude entrant dans le calcul de la puissance.

    Si un résultat est significatif, alors on dit qu’on retient H1 au risque alpha près. Ce qui veut dire qu’on peut dire que notre résultat représente la réalité, au risque alpha près.

    En pratique, lorsqu’on prend alpha = 5% (ce qui est le plus souvent le cas), cela veut dire que 5% des études auront des résultats faussement significatifs.

    Il faut bien comprendre qu’à chaque analyse ce risque existe, ainsi la répétition des analyses entraine forcément un risque plus important d’obtenir un résultat faux.

    Par définition sur 100 analyses, 5 ont des résultats faux. Cela laisse méditer sur l’analyse à faire des études disponibles dans la littérature, et permet de bien comprendre qu’il faut toujours recouper et confirmer des résultats (validité externe +++).

    Comment lutter contre cette inflation du risque alpha ?

    • Tout d’abord, en limitant la multiplication des analyses. C’est surtout le cas avec les sous-groupes. Forcément si on multiplie les analyses de sous-groupes, on obtient par définition des résultats (faussement) significatifs.
    • Lorsque les auteurs ont prévus de faire des analyses intermédiaires, pour ne pas augmenter le risque alpha, il faut prévoir une méthode d’ajustement du risque alpha. Cela permet de fixer des seuils de significativité différent, généralement plus bas, sur les analyses intermédiaires. La plus connue est la méthode de Bonferroni.

     

    BONUS : Lexique anglais français

    Risque de première espèce : Type I error

    Ajustement : Adjustment

    Puissance : Power

     

     
     
    L'équipe de CONF+
     
     
     
     
     
    © CONF + / MED XL 2019