CONF+ : Tutorat LCA#25 | CONF +

CONF+ : Tutorat LCA#25

TUTORAT LCA #25
 
 
Quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) concernant les différents types d’étude (supériorité, non-infériorité, équivalence) ?
  • Une étude de non-infériorité permet de conclure à la supériorité du traitement étudié si la différence est très forte (RR>10).
  • Les analyses statistiques sont différentes selon le type d’étude.
  • Lorsqu’un traitement de référence existe, une étude d’équivalence est l’étude la plus éthique.
  • Le nombre de sujet nécessaire (NSN) est plus important dans une étude de non-infériorité par rapport à une étude d’équivalence.
  • Une étude de non-infériorité peut être complétée d’une étude de supériorité.

 

CORRECTION PLUS BAS
 
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
v
 
 
 
 
    Quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) concernant les différents types d’étude (supériorité, non-infériorité, équivalence) ?
    • Une étude de non-infériorité permet de conclure à la supériorité du traitement étudié si la différence est très forte (RR>10).
    • Les analyses statistiques sont différentes selon le type d’étude.
    • Lorsqu’un traitement de référence existe, une étude d’équivalence est l’étude la plus éthique.
    • Le nombre de sujet nécessaire (NSN) est plus important dans une étude de non-infériorité par rapport à une étude d’équivalence.
    • Une étude de non-infériorité peut être complétée d’une étude de supériorité.

     

    Il faut bien différencier les 3 types d’études :

    • Etude de non infériorité : le but étant de montrer que le traitement à l’étude ne fait pas moins bien que le traitement de référence. Elle peut être utilisée lorsque le traitement de référence est satisfaisant, et que le traitement à l’étude est intéressant sur des critères non liée à l’efficacité (moins cher, moins de prises par jour, moins d’effets indésirables…)
    • Etude de supériorité : Le but est de démontrer que le traitement à l’étude fait mieux que le traitement de référence. On va chercher à faire mieux si le traitement à l’étude n’est pas satisfaisant ou si on espère améliorer le pronostic des patients avec notre nouveau traitement.
    • Etude d’équivalence : Le but est de démontrer que le traitement à l’étude fait aussi bien (ni plus ni moins, puisqu’on ne teste pas ses hypothèses) que le traitement de référence. L’intérêt est dans le fait qu’elle nécessite moins de patients qu’une étude de non –infériorité.

    superiorité

    Bien avoir en tête que le nombre de sujet nécessaire est différent selon le type d’étude. En effet, plus on va étudier un intervalle important (non-infériorité > Supériorité > Equivalence), plus le NSN va être grand. Le manque de moyen peut ainsi être une justification d’une étude d’équivalence.

    Les analyses statistiques sont également différentes comme on l’avait déjà évoqué dans une question précédente. Pour rappel :

    L’intention de traiter est utilisé principalement dans une étude de supériorité. En effet, on analyse les patients selon ce qui était prévu, et ce même s’ils ont pris un autre traitement ou s’ils n’ont pas pris de traitement. Si le résultat est malgré tout significatif, alors on peut être sûr que le traitement est réellement supérieur.

    A l’inverse, dans une étude de non-infériorité, on va analyser les données en per-protocole. Ainsi, si malgré le fait que les patients aient réellement reçu le traitement défini, celui-ci n’est pas non inférieur, alors le résultat est réellement significatif.

    On peut combiner une analyse en intention de traiter à une analyse per protocole dans une étude de non-infériorité. En effet, cela permet de mettre en évidence la supériorité du traitement si les deux résultats concordent. Comme toujours, cela doit être prévu a priori dans le protocole.

     

    BONUS : Lexique anglais français

    Non-inferiorité = non-inferiority

    Supériorité = superiority

    Equivalence = equivalence

     

     
     
    L'équipe de CONF+
     
     
     
     
     
    © CONF + / MED XL 2019