CONF+ : Tutorat LCA#4 | CONF +

CONF+ : Tutorat LCA#4

TUTORAT LCA #4
 
 
 
Quelle(s) proposition(s) est(sont) exacte(s) concernant l’intention de traiter ?
  • L’intention de traiter est l’analyse statistique à préférer dans un essai de supériorité.
  • L’intention de traiter analyse tous les patients dans le groupe où ils ont reçu leur première dose de traitement (ou placebo).
  • L’intention de traiter permet de s’affranchir du biais d’attrition.
  • L’intention de traiter n’est pas possible dans une étude cas témoins.
  • L’intention de traiter est l’analyse à privilégier pour l’étude de la tolérance.
       
      CORRECTION PLUS BAS
       
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      l
      v
       
      Quelle(s) proposition(s) est(sont) exacte(s) concernant l’intention de traiter ?
      • L’intention de traiter est l’analyse statistique à préférer dans un essai de supériorité.
      • L’intention de traiter analyse tous les patients dans le groupe où ils ont reçu leur première dose de traitement (ou placebo).
      • L’intention de traiter permet de s’affranchir du biais d’attrition.
      • L’intention de traiter n’est pas possible dans une étude cas témoins.
      • L’intention de traiter est l’analyse à privilégier pour l’étude de la tolérance.
       
       
      L’intention de traiter est une analyse statistique qui analyse chaque patient dans le bras où il a été RANDOMISE !
      Tous les patients randomisés doivent être analysés, faites bien attention aux études où les auteurs vous parlent d’intention de traiter qui n’en sont pas réellement. De même, le terme intention de traiter modifié se rapporte à une « fausse » intention de traiter.
      Deux formes d’analyses statistiques principales s’opposent :
      - Intention de traiter : TOUS les patients RANDOMISES sont analysés dans le bras où ils ont été randomisés
      - Per protocole : les patients sont analysés s’ils sont restés dans le bras prévus a priori.
      - Traitement reçu (plus rare) : les patients sont analysés selon le traitement qu’ils ont réellement reçu.

       
       
      Ainsi, l’intention de traiter est utilisé principalement dans une étude de supériorité. En effet, on analyse les patients selon ce qui était prévu, et ce même s’ils ont pris un autre traitement ou s’ils n’ont pas pris de traitement. Si le résultat est malgré tout significatif, alors on peut être sûr que le traitement est réellement supérieur.
      A l’inverse, dans une étude de non-infériorité, on va analyser les données en per-protocole. Ainsi, si malgré le fait que les patients ait réellement reçu le traitement défini, celui-ci n’est pas non inférieur, alors le résultat est réellement significatif.
      L’analyse en intention de traiter permet de diminuer le biais d’attrition, puisqu’il prend en compte les perdus de vue. Toutefois pour que le biais d’attrition soit réellement minimal, il faut qu’il existe une stratégie de prise en compte des données manquantes :
      - Les perdus de vue peuvent être considérés comme la pire valeur possible (ceux du traitement étudié sont considérés comme des échecs, et ceux du placebo comme des réussites). C’est la situation statistique la plus forte, si le résultat est significatif.
      - Les perdus de vue peuvent autrement être considérés comme la dernière valeur connue pour le patient.
      En pratique, l’analyse en intention de traiter a une meilleure valeur statistique que les deux autres puisqu’elle étudie les groupes tels qu’ils ont été définis a priori dans le protocole.
      L’analyse per protocole est soumise au biais d’attrition et au biais de classement par perte de la comparabilité des deux groupes.
       
       
      BONUS :
      Lexique anglais français
      Intention de traiter = intention to treat
      Per-protocole = per-protocol
       
      L'équipe de CONF+
       
       
       
       
       
      © CONF + / MED XL 2018